Avertir le modérateur

09 mars 2008

Ne nous gênons plus !

Il y a des gens précautionneux, tout de même. Une libraire qui officie régulièrement comme chroniqueuse sur LCI publie son premier roman. Les temps sont durs, et le caddie de plus en plus cher, alors pourquoi se contenter d’écrire le livre quand on peut EN PLUS, en proposer la critique ?
J’ai reçu cette chronique formidable dans une newsletter quotidienne qui s’appelle LivreEssentiel. Manifestement, ce sont des libraires qui la produisent, ainsi que les notules proposées.
Le billet ci-dessous se savoure comme une bouchée au chocolat. Lisez bien cette critique plus qu’élogieuse, et ensuite, je vous dévoilerai le nom du livre et celui de son auteur !

« Ce livre vous est conseillé par Xavier Moni et Karine Henry de la librairie "Comme un roman" :
 
1db1637c4982801ef840c55c965afa21.jpgA l'image d'une première scène saisissante, voilà un roman à la fois poignant et troublant. A travers les portraits croisés de deux soeurs que tout oppose ou presque, l'une voulant écrire l'autre cherchant tout simplement à vivre, ce récit explore les chemins de la création et pose la question des moyens aboutissant à l'oeuvre.
Servi par une écriture tendue à l'extrême, voici roman fascinant qui vous prend par la main et ne la lâche plus jusqu'à la dernière ligne. Un des grands livres de cette rentrée 2008.

Xavier MONI-Karine HENRY
Librairie "Comme un roman"
39, rue de Bretagne 75003 PARIS
»

 

 « Un des grands livres de cette rentrée 2008 ». Mazette ! Karine Henry sait de quoi elle parle… puisqu’elle a justement écrit ce livre !
C’est ainsi que Xavier-Moni-Karine-Henry, deux libraires associés, ont signé cette note épatante sur La Désoeuvre (Actes Sud) de Karine Henry, note qui n’a, de fait, aucune espèce de valeur esthétique ou critique, mais tient plutôt de la retape commerciale la moins finaude. Pas très bien traité, le lecteur, dans cette histoire…

Un auteur qui publie est une boule d’angoisse. A fortiori quand il s’agit de son premier roman. Les tentations doivent être grandes de « pousser » un peu le mulet dans le pâturage. Mais… tout de même ! On peut imaginer, à partir de cette note presque passée inaperçue, qu’il y a bien des choses dont l’auteur pourrait être capable pour qu’on parle de son livre. J’en comprends le mobile, pas le passage à l’acte.

La loi des mélanges qui régente une large part des relations entre l’édition et les médias ferait-elle perdre tout sens de… quoi, déjà ? déontologie, élégance, morale, pudeur, savoir-vivre, bon sens, fierté… choisissez ce qui vous convient le mieux. La balourdise de Karine Henry est juste un exemple dans un système. Doit-on compter sur l’amabilité confraternelle pour faire « carrière » ? Le talent ne peut-il suffire à un romancier, tout chroniqueur télé ou libraire qu’il soit ?

Il est peut-être bon, votre livre, Mme Henry. Pour ma part et ne pas vous mentir, je ne suis pas allée bien loin dans la lecture, mais ce n’est pas par mauvais esprit, sincèrement : ni son genre  ni son style ne sont de ceux qui m’agrippent ou m’emportent. Et ce serait de mauvais goût que je m’adonne à une petite critique : vous l’avez si bien écrite vous-même.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu