Avertir le modérateur

11 août 2008

RIP Mahmoud Darwich

Encore un mort essentiel dans le monde de la littérature, quelques jours seulement après Soljenitsyne. On aimerait que les jeunes générations nous rassurent sur un renouvellement d’égale force, attendons un peu.

772533361.jpgMahmoud Darwich vient de mourir et je ne peux pas m’empêcher d’avoir une petite pensée pour Sapho. En juin dernier, pendant le Marathon des Mots à Toulouse, elle avait enchanté le Cloître des Jacobins en lisant des textes du grand poète. Sapho était l’une des plus grandes admiratrices de cette figure des lettres palestiniennes.


Son dernier ouvrage en France s’intitule Comme des fleurs d’amandiers ou plus loin. Il a été publié chez Actes Sud en septembre 2007. Je ne doute pas que sa maison d’édition saura rééditer quelques uns de ses grands recueils de poèmes ou encore ses Entretiens sur la poésie parus en 2006.
Vous trouverez ici le minutieux article de Christophe Ayad paru ce jour dans Libération.

Et comme vous êtes des petits veinards, voici in extenso l'article publié sur LivresHebdo.fr, écrit par "CF" et qui me semble de la meilleure fraîcheur :

"Le poète palestinien Mahmoud Darwich s'est éteint

Dans le récital qu'il avait donné à Arles le 14 juillet dernier, il avait célébré l'amour, l'exil, le temps qui passe, sans occulter l'amertume que suscitait en lui la situation de la Palestine aujourd'hui. Il est décédé samedi 9 août.

 

Considéré comme l'un des plus grands poètes du monde arabe, Mahmoud Darwich est mort le 9 août à Houston (USA) des suites d'une opération à cœur ouverte. Il avait 67 ans. Les responsables palestiniens devaient demander aux autorités israéliennes que le défunt puisse être enterré en Galilée où il était né en 1941. Cette région, aujourd'hui en Israël, était alors en Palestine sous mandat britannique. Depuis 1995, Mahmoud Darwich s'était installé à Ramallah en Cisjordanie après une vie d'exil.

Le 14 juillet dernier, dans le cadre magnifique du théâtre antique d'Arles, il avait enchanté son auditoire pendant près d'une heure et demie en récitant en arabe un florilège de ses poèmes, lus parallèlement dans leur traduction française par Didier Sandre. Il était l'invité du Festival des Suds et des éditions Actes Sud qui fêtaient leur trentième anniversaire. L'accompagnement musical des frères Joubran, qui ponctuait les textes, la délicatesse, l'élégance et la générosité du poète avaient contribué à la magie de cette soirée exceptionnelle.

Mahmoud Darwich avait ensuite poursuivi la soirée avec les invités d'Actes Sud - près de deux cents libraires - dans les locaux de la maison d'édition. Celle-ci a fait connaître en France son œuvre, traduite pour l'essentiel par Elias Sanbar, qu'elle publie depuis près de quinze ans. Son dernier recueil, Comme des fleurs d'amandiers ou plus loin est paru il y a tout juste un an, en septembre 2007."

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu