Avertir le modérateur

15 mars 2008

le livre électronique et l’avenir du livre-papier

Il revient ! Abandonné pendant la première bulle de l’internet au début des années 2000, le livre électronique est de retour et cette fois ci pour de bon. Pour preuve, le Salon du livre de Paris en a fait l’un des thèmes phares de cette édition. Exit le papier ? Certainement pas pour tout de suite. Le secteur est encore embryonnaire : moins de 5000 supports de lecture auraient été vendus en France jusqu'à présent, toutes marques confondues. C'est une estimation, les chiffres sont encore jalousement gardés, sans doute trop riquiquis pour faire l'objet de fanfaronnades. Mais les vrais débuts datent seulement de la rentrée, avec l'offre couplée "abonnement au journal+ reader" des Echos.

 

8c7032c4241ec6eb9bcfc27177727c59.jpgMais bientôt, le lecteur aura le choix d’acheter un livre ou de télécharger un texte, qu’on appellera un « livrel », et qu’il lira sur un support numérique. Plus de gros livres dans son sac, on pourra embarquer sa bibliothèque en vacances, contenue dans le lecteur numérique, et réduire les encyclopédies au poids d’une plume. Imaginez le rêve pour une journaliste littéraire qui reçoit une benne de livres entre juin et août de chaque année (la fameuse livraison de la rentrée littéraire, toujours en progression)

 

 

 

 

 

Les étudiants américains y ont déjà trouvé des avantages significatifs en allégeant leurs sacs de cours. Voilà déjà une perspectiveceea5d47a927e7df4708390e52134ce9.jpg réjouissante pour les cartables des petits Français. Qu’on le veuille ou non, le livre à télécharger est bientôt une réalité. Mais si on voit encore peu (sinon pas du tout) de lecteurs dans le métro, c’est parce que les éditeurs français s’y mettent à peine.

 

 

 

 

 

98cd195d9f3c909e3f2569859cd1a730.jpgGoogle qui numérise des bibliothèques par pans entiers les inquiète, mais les succès américains et anglais de ces nouveaux modes de lecture les encouragent : aux Etats-Unis, Hachette propose déjà tous ses nouveaux livres en version téléchargeable. Le démarrage en France s’est fait du côté de la presse, avec la version e-paper des Echos lancée en septembre dernier.

 

 

 

 

 

Une fois les questions du droit d’auteur et de la chaîne de distribution du livre réglées, le prix des « readers » qui coûtent encore plusieurs centaines d’euros sera le dernier frein à la généralisation de ces lectures numériques.

 

Un sujet sur lequel on reviendra souvent sur ce blog... 

 


Commentaires

Les derniers points de résistance : le prix, fondamental… Et la couleur?

Écrit par : gant 2 velours | 16 mars 2008

La couleur ... et la taille ?
Les dimensions et les arêtes assez vives sont-elles susceptibles de déformer les poches, voire de les déchirer ?

Christian, parfaite femme au foyer ;-))

Sans blaguer, je risque assez peu, dans le métro, de me faire piquer "L'art de la faim" de Paul Auster, ou "La grammaire en s'amusant" de Patrick Rambaud.
Quid d'une magnifique tablette électronique, apte à être revendue à bas prix sur le net ?

Écrit par : christian | 16 mars 2008

Mais j'ai vu des gens se déchirer les vêtements pour "La grammaire en s'amusant", cher Christian ! Si vous voulez mon avis, la tablette n'est pas un investissement d'avenir pour les particuliers...
A propos, merci pour le clin d'oeil (private words)

Écrit par : Karine | 16 mars 2008

Je suis allée voir les livres électroniques en exposition au Salon du Livre et j'ai été surprise par l'image. Je ne m'attendais pas à cela, ce fut une agréable surprise. Cela ne fait pas trop numérique, écran d'ordinateur.

Je peux voir l'avantage du livre numérique dans certains cas (et notamment pour vous les journalistes littéraires !) mais comment fera-t-on dédicacer nos livres ? Et où va être le plaisir d'avoir une belle bibliothèque remplie de livres ?

En fait, je pense que cela va changer nos habitudes, à nous grands lecteurs, mais il devrait être possible de combiner livre numérique et livres papier. Je me vois bien lire sur le livre numérique et si le roman m'emballe, hé ben je l'achète en version papier pour le mettre dans ma bibliothèque et me le faire dédicacer.

En tout cas, en tant que grand lectrice, je suis le livre numérique, de loin, mais je le suis quand même, et je réfléchis à mes futurs habitudes...

Écrit par : Caro[line] | 17 mars 2008

C'est amusant, cela fait trois fois qu'on m'en parle cette semaine.
Et chaque fois en assortissant le commentaire admiratif d'un préambule du genre :
"Qu'on le veuille ou non, il faut bien que..."
"On peut être pour, on peut être contre, mais c'est irréversible..."
"Je comprends que ça te déplaise, mais c'est le progrès..."
Je n'ai jamais vu une innovation technologique arrriver aussi embarrassée, dans des souliers trop petits pour elle, en s'excusant de demander pardon. Et trente secondes plus tard, elle se sera installée dans ma bibliothèque en virant mes vieux bouquin.

Écrit par : Georges F. | 01 mai 2008

@Georges : Eh oui, Georges, le livre, en France, c'est sacré. Alors on a comme l'impression de préméditer un adultère en s'intéressant à sa version dématérialisée. Question de générations. Coup d'oeil vers les collèges...

Écrit par : Karine | 29 mai 2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu