Avertir le modérateur

11 mai 2007

Entre deux

Tenir un blog, c'est comme faire de la gym : on est content de pratiquer régulièrement, ça fait du bien. Mais si jamais on arrête un peu, c'est pas si simple de reprendre... Une petite note, donc, avant une kyrielle de cafés littéraires à animer ce week end à Caen.

Avis à tous les Normands : il va faire un temps de gueux chez vous ce week end !! Sympa, pff... Alors je ne peux que vous conseiller de venir vous réchauffer dans le château de Caen où plusieurs manifestations, débats, rencontres, signatures attendent les visiteurs. Je me tais, ce lien explique tout mieux que moi.

Dans de prochaines notes, on parlera littérature et livres, parce que les vacances approchent et pas question de se faire avoir à acheter hors de prix la plupart des grosses cales à armoires (normandes) que les éditeurs proposent pour l'occasion. Ah le concept de "livre de vacances" ! Comme si la littérature était tellement compliquée à lire dans l'année qu'il faudrait se reposer le cerveau l'été quand on ne fait rien.

D'abord, pardon, mais la littérature est accessible. Particulièrement la grande. Ensuite, la quantité de livres sortis depuis janvier, globalement navrants ou faiblement satisfaisants (allez, on en a trouvé quand même, rouspète pas Gilles !) n'ont pas pu fatiguer nos neurones de lecteurs. L'argument est le suivant : les "gens" n'achètent pas de livres pendant les périodes électorales, on ne va donc quand même pas publier des pépites si personne ne les achète. Alors l'éditeur gratte ses tiroirs. Je ne jette aucun pavé, la mare est sèche et un bon nombre d'éditeurs l'avouent, gonflés qu'ils sont un peu quand même, en off, alléchant le journaliste (littéraire et découragé) avec la promesse de merveilles mises de côté pour la rentrée de septembre.

Enfin, toujours au sujet de cette littérature "facile" pour les vacances, il y a un mépris larvé dans cette littérature qu'on préconise pour lê bord de mer. Vous êtes en vacances donc incapable de vous intéresser à ce qui l'est justement, intéressant. D'ailleurs, vous êtes forcément au bord de la mer, puisqu'il s'agit de "romans de plage". Ceux qui préfèrent la montagne doivent être bien embêtés. Comme si un livre était forcément prise de tête, forcément compliqué, forcément un effort et rarement un plaisir. Gustave Roud versus Candace Bushnell, bigre ! Présenter ainsi les choses, n'est-ce pas se tirer un coup de fusil dans le pied, messieurs les éditeurs ? Lire c'est chiant, sauf en vacances ? Justement, en vacances on est plus disponible pour se lancer dans un bon livre. Non ?

Pour le retour de Caen dimanche, je me suis préparé un petit Pamuk dont je vous donnerai des nouvelles.

Commentaires

Troisième mi- temps:
les photos de vous avec les auteurs, au salon du livre de Caen sont arrivées cet après-midi à l'adresse mail du Monde des religions !
En fait, vous nous l'aviez caché, vous comme ma mère, du genre perfectionniste.
Celle qui m'a le plus marquée, c'est Anne Calife, c'est très impressionnant de faire cela, d'autant plus que l'on a pas vraiment l'idée de se mettre soi-même à la rue !
Celui qui m'a le plus marqué, c'est R.Enthoven, parce que c'était lui, mais c'était en même temps que vous; faut faire des allées et retours, dans ce cas là.
Dites-moi ? A ce rythme là, c'est vous Karine qui allez écrire un superbe livre; je ne sais pas moi, un livre qui parle des critiques littéraires par exemple...

Écrit par : elodie | 15 mai 2007

Tiens ma Karine,
un petit texte en écho à la note d'élodie...
Je t'embrasse.
On se voit à Saint-Malo et /ou Montpellier?
(texte publié sur mon blog en mars 2007)

La Critique des Critiques

"Il y a combien de jours
Il y a combien de nuits
Il y a si longtemps que tu es reparti..."
BARBARA

Depuis longtemps déjà...
J'avais envie de faire une "Critique des Critiques"
Un peu comme existe (toute modestie mise à part) "Le Cantique des Cantiques"
Et puis le temps passe...
"Et puis je sais tous ces mots qu'on ne dit
Et puis je sais tous ces regards sur moi..."
J'ai attendu l'occasion
Pas le truc qui coute moins cher parce qu'il a été mis sur le marché il y a longtemps...
Non!
L'opportunité...
Elle est arrivée avec le livre d'André Rollin
" La mémoire de l'Iceberg"
Titre un peu juif...
"Qui a coulé le Titanic?
encore un juif: Iceberg!"

Donc le livre d'un critique non endogamique,
un critique libre...dans ses entraves et non dans ses compromissions...
rare...très rare!
Et je me suis dit, en cette semaine du Salon du Livre:
"Et si je parlais des livres de ceux qui en parlent ou en écrivent?"
Drôle?
Pour moi, oui!
Pour les autres, je ne sais pas...
Mais une chose est sûre:
le livre d'André Rollin est le livre d'un homme libre emprisonné à l'intérieur de lui-même et qui n'a pas peur de le dire, de l'écrire!
Je le dis d'autant mieux que jamais A.Rollin n'a parlé d'un seul des livres de notre maison d'édition.
C'est ici à son indépendance et à son intelligence tout autant qu'à sa sensibilité que je veux rendre hommage...
Tout en parlant un peu des autres...

"Dans un restaurant du quartier nous parlerons d'un langage qui n'a rien a voir avec le langage du journal,réducteur.Tout à l'heure.Avant ces pages d'écriture.Là.Sur ce cahier.À ma table.Sans machine.la plume.Et son ombre.J'en ai beaucoup parlé dans d'autres romans.Jean Cayrol, mon premier lecteur, a été enterré hier à Bordeaux.Combien de représentants de Seuil, cette maison qui lui doit un maximum.C'est cet Hervé de la Martinière qui va en être le fossoyeur.Beaucoup le ressentent ainsi.Du Chanel moisi."

Comprendre.Écrire.Respirer.transmettre.Vivre...
Tout est là, dans ces quelques lignes.
La liberté, la pudeur et le talent.

Combien de critiques osent parler de leurs affinités, de leurs émotions aussi pudiquement?
Peu, très peu...

Plutôt des renvois d'ascenceurs, des connivences si visibles qu'elles en deviennent ridicules!
Combien d'Assouline pour parler de Garcin pour un A.Rollin qui ne vend rien à personne?
Combien de Nourrissier( et Dieu sait le respect que j'ai pour lui...) pour un critique qui ne demande rien, ne quémande rien?
Combien de Besson(Patrick, évidemment) pour quelques paillaisssons essayant par la lèche de placer leur roman?
Bien entendu, on ne prête qu'aux riches...
Cela tombe bien , ils sont les seuls à pouvoir rembourser!
Combien de critiques qui viennent essayer de monnayer leur abscence de talent et quelques papiers indigents pour un manuscrits bâclé et un à-valoir conséquent?
Oui, combien de marins, combien de capitaines?
Plein!
Des tonnes!

"Si tu publies mon livre tu auras de la presse..."
Pas si direct, bien entendu...
Plus faux cul, plus...mange merde!

J'aime les critiques critiques
Je n'aime pas les critiques qui vont à la gamelle...
Jérôme Béglé ne parle pas de nos livres parce que j'ai dit que Florian Zeller était nul?
Tant mieux pour nous , tant pis pour lui!

Jérôme Garcin refuse de parler d'une seule de nos publications sur 40?

Yann Quéffellec me l' a dit...
"Pas de papiers au Nouvel Obs?
mais vous êtes tricards!
Garcin est salarié par Gallimard!"

J'aime quelques critiques, essentiellement de droite...
va savoir pourquoi...
Éric Neuhoff, François Cérésa et Sébastien Le Foll
Quelques uns à gauche...
En tout cas qui suivent leurs goûts:
Alexis Liebaert, Josyane Savigneau( et, oui, La Savigneau qui aime la littérature comme j'aime le pinard et les cigares- ça tombe bien elle aime cela aussi!-),M-L Delorme( pas un papier sur nous en deux ans...si ce n'est pas de l'amour!)
J'aime aussi quelques inclassables, des fous furieux qui se foutent de tout(qu'ils disent...) mais dans le fond ont un oeil sur tout:
Patrick Besson,Thierry Gandillot,Guillaume Chérel (fou parmi les fous de la littérature, de la vie et du reste...mais après ça y a t il un reste?)...(oui! le cigare!)

Et puis il y a les très malins que je respecte et pour lesquels j'ai de la tendresse:
François Busnel, Jean Claude Perrier,un ou deux autres mais si peu qui ont cette façon de vous dire "non" mais avec un regard qui fait qu'on en demande encore...

Et puis il y a Marie Françoise Leclère avec qui les nuits Montpelliéraines ont une autre saveur, celle des choses vues et vécues quand elle parle de Bodard et que nous revisitons la variété française en vidant les mini bars de nos chambres d'hôtels alors que tous les lieux publics de la ville sont fermés...

Mais pour terminer je voudrais vous dire une toute petite chose:
Le seul sur les critiques duquel je me jette c'est André Rollin...
Pourquoi?
C'est un homme libre,
et putain, dans ce milieu il n' y en a pas des tonnes!

Alors faîtes moi plaisir, lisez:
"La Mémoire de l'Iceberg"!
Merci, bonsoir et à la prochaine fois!

Écrit par : Gillou le Fou | 15 mai 2007

en forme le Gillou !!

Écrit par : elodie | 15 mai 2007

Adorable Elodie... Mais au lieu de m'écrire, vous auriez dû venir me voir et ça m'aurait fait plaisir de mettre une bouille sur votre plume... ;)

Écrit par : Karine | 20 mai 2007

@Gillou
Tes commentaires sur les uns et les autres de nos confrères et consoeurs n'engagent que toi ! Mon classement serait tout autre. Evidemment, mon estime est acquise à ceux pour qui je travaille actuellement (je pense notamment à Marie-Françoise). Quant aux autres que tu cites, laisse-moi déployer mes sentiments de l'estime à la perplexité en passant par une indifférence neutre. Pour le reste, oui on se voit à Saint Malo où j'aurai le plaisir d'animer 4 débats, puis au Marathon des mots. Quant à Montpellier, je déclare forfait ! TU me raconteras ? Je t'embrasse mon grand.

Écrit par : Karine | 20 mai 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu