Avertir le modérateur

17 novembre 2006

Vive Bernard Pivot !

Enfin une voix s’élève ! Bernard Pivot a fait sensation avec sa chronique du JDD datée 12/11. Dans le Monde des Livres daté d’hier, mon excellent confrère Alain Beuve-Méry analyse ses propos et les réactions qu’ils ont suscitées cette semaine. B. Pivot préconisait ainsi « une mesure qui devrait être appliquée à l’avenir dans tous les grands prix : interdiction pour un salarié d’une maison d’édition d’accéder aux jurys, interdiction à un juré de devenir le salarié d’une maison d’édition ». Et de conclure : « Ce serait la moindre des choses ; ce serait pourtant une révolution ».
En effet, une REVOLUTION. Si l’on en croit les réactions choquées, outrées, blessées, très cour de Louis XVI, de ses petits camarades. C’est qu’on s’accroche à son fauteuil…

Alain Robbe-Grillet, Dominique Fernandez, Christine de Rivoyre et Denis Roche pour le Médicis, Diane de Margerie, Christine Jordis, Danièle Sallenave du Femina figurent parmi les plus scandalisés. D’autres sont plus nuancés, sans doute plus conscients du problème. Je vous renvoie à l’édifiant article d’Alain qu’on trouve sur le site du Monde (section Monde des livres, dans la rubrique « Pratique », eh oui, cette localisation a toujours le don de m’émerveiller).

L’occasion d’en savoir un peu plus sur les points de vue des uns et des autres, parmi les plus intéressants, comme celui de Didier Decoin, de découvrir l’extrême probité de François Nourissier, et la proposition de Françoise Chandernagor qui suggère « d’interdire de jury les critiques littéraires qui écrivent des romans, afin de corriger le caractère incestueux du système ». Oui, oui et re-oui.

Je biche un peu, forcément, depuis le temps que je brame ce même air, sur ce blog ou ailleurs.

Si j’avais un peu de courage et de temps, je monterais un prix littéraire décerné par un jury tournant de journalistes non romanciers. Mais il existe tant de prix déjà, qu’il me semble plus judicieux de réformer les existants, plutôt que de sortir un énième candidat à la labellisation.

Encore bravo à Bernard Pivot pour sa hauteur de vue. La prise de position d’un homme de lettres aussi aimé et respecté pourrait suffire à enclencher un changement, en espérant que le débat ne s’achève pas avec l’année. A suivre.  

Commentaires

Pivot homme de lettres ? Diantre, moi j'aurais plutôt dit homme de litres (de beaujolais). Mais les avanies du microcosme évoluant entre la rue des saints-pères et le bd st-germain, on s'en fout un peu. J'irais même jusqu'à prétendre qu'on s'en bat le flanc avec une plume d'oie. Comme aurait pu le dire Desproges, est-il plus important que l'oxymore ou que le mérou pête ?

Écrit par : Mage Rapafro | 05 décembre 2006

Moi je lis pas de livres depuis que j'ai decouvert les blogs et surtout celui de brad-pitt deuchfalh dont certain disent qu'il est ecrit par amelie nothomb

je l'ai decouvert grace à "la republique des lettres"


http://keiser.over-blog.com

Écrit par : jeannette | 07 décembre 2006

Bonjour Karine,

vous nous aviez promis un billet sur Michel Onfray que vous avez déjà rencontré !
A quand alors ?

Écrit par : elodie | 12 décembre 2006

eh ben, ça ne blogue pas beaucoup ici, mademoiselle ;)

Écrit par : Charles Nouÿrit | 11 janvier 2007

Jeannette, c'est bien Amélie Nothomb :

http://keiser.over-blog.com/article-1597471.html

Écrit par : Charles Nouÿrit | 11 janvier 2007

Comme le souligne Charles, votre lien est excellent Jeannette

Écrit par : Pauline | 12 janvier 2007

Ca ne blogue pas trop, en effet Charles. Ce qui augmente d'autant le mérite des rares aventuriers qui ne craignent pas la poussière en fréquentant ce blog (si si, y en a quand même !). Mais si ça blogue pas, ça bosse et ça réfléchit à son blog. Donc ça revient bientôt, version supersonique. Mon 2.0 à moi.

Écrit par : kpapillaud | 22 janvier 2007

Hélas, Elodie, j'ai trop tardé pour Onfray. Ce serait du réchauffé, tellement il a publié ou s'est exprimé dans les médias depuis. Ce que j'ai un peu de mal à comprendre, d'ailleurs puisque ses interventions dans les journaux, pour baroques qu'elles soient, ne sont pas non plus des pensées pascaliennes ou sentences géniales. Il est meilleur en philo qu'en politique, le grand Michel. Enfin... ce que j'en dis...

Écrit par : kpapillaud | 22 janvier 2007

Merci Jeannette pour le lien ! C'est un direct dans les favoris. Sacrée Amélie. Ca vaudrait une itw dans 20 minutes cette affaire. A suivre donc.
MAIS c'est pas une raison pour laisser les livres, enfin ! Sauf à avoir une voiture, vous vous occupez comment dans les transports, Jeannette ?

Écrit par : kpapillaud | 22 janvier 2007

version 2007, c'est la révolution alors !

Entre nous la critique du Nouvels Obs sur le dernier livre de Jean Teulé est vraiment terrible...
Quelle drole d'idée de décapiter les gens comme ça ?
On peut ne pas aimer le livre mais on ne juge pas un auteur de cette façon aussi humiliante et catégorique. Oui, moi ça ma un peu choquée et je pense que lui aussi, il est dû avoir - vraiment - envie d'arracher la page Nouvel Obs de la semaine dernière !

Écrit par : elodie | 25 janvier 2007

Sacrée Elodie, vous me collez ! Je ne l'ai pas lue, cette critique. Il y a des plumes un peu acides au Nouvel Obs. PArfois els journalistes se font plaisir à écrire des vacheries, puisque cela semble être le cas dans ce que vous décrivez. C'est un sympa, Teulé. Mais je ne peux pas parler de son livre, car je ne l'ai pas (encore) ouvert. On parlera un jour de la profonde vulnérabilité de l'écrivain qui publie un livre. Je sais, encore des promesses...

Écrit par : kpapillaud | 26 janvier 2007

non moi non plus,
je n'ai pas lu ce livre mais cette critique m'a laissée de marbre...! Vraiment.

Écrit par : elodie | 29 janvier 2007

Dire de Pivot qu'il est un homme de lettres! C'est navrant,il a sévi une trentaine d'années à éructer des fadaises franchouillardes,à ne recevoir que ce qu'il considérait en faisant fi du génie et des approches qu'il ne comprenait pas.Il a fait et défait des carrières,il a fait vendre des cons et poussé des bons à la déprime.Souvenez vous de l'accueil reservé à Bukovsky...... J'ai encore son questionnaire à la con en mémoire à chaque fin d'émission.Vous êtes charmante,mais trop jeune pour avoir subi ce carcan,cette méconnaissance de la littérature qui caractérisait si bien Pivot.L'orthographe est la sciences des ânes,voila une belle reconversion.

Écrit par : hervé | 31 janvier 2007

Oui, bien sûr, j'entends votre avis Hervé. C'est finalement bon signe de pouvoir juger Pivot aussi sévèrement : cela signifie que vous n'avez pas eu besoin de lui pour découvrir des livres. A tel point que vous pouvez discerner des manoeuvres et estimer son jugement. Vous avez bien le droit de penser cela. Mais vous n'ignorez pas que Bernard Pivot a une cote d'amour étonnante auprès des Français. Et que s'il ne vous a amené à aucun livre, beaucoup de gens qui ne sont ni parisiens ni intellectuels se sont enthousiasmés pour ses émissions. Il a "passé" du plaisir à lire et encouragé bon nombre à prendre le geste de la lecture. Alors, Hervé, quoi que vous pensiez, je vous trouve méprisant à bon compte. Tant mieux pour vous et sans rancune.

Écrit par : kpapillaud | 31 janvier 2007

À propos des critiques littéraires, populaires ou non, on a beaucoup daubé sur Polac. N'empêche qu'il est le seul à avoir signalé ("Charlie-Hebdo" n° 751, du 8 novembre 2006) la réédition en poche (Folio classique n° 4426) du "Moyen de parvenir" de Béroalde de Verville, un événement littéraire passé totalement inaperçu... Ce serait plutôt un bon point pour lui.

Écrit par : Blind Horse | 04 février 2007

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu